Dernières publications

Burger King, quand tu nous tiens (ou toujours pas…)

DD

Après sa triste disparition en 1997, la célèbre chaine de Fast-Food se laisse encore désirer chez nous.
Une véritable rumeur lancée sur Internet a été l’origine de ce « faux buzz » relayé par des affiches réalistes qui n’ont fait qu’émerveiller les grands Fans de Whoopers.

Un lieu : l’espace commercial de la gare Saint Lazare (l’idéal pour nous Iscomiens) mais le jour J passé (ndlr le 21 Mars) toujours pas de traces du fameux fast-food !
Matthieu Dumont, directeur de l’espace, nous parle d’une simple rumeur et dit qu’il « n’a jamais été question d’un Burger King. »
Et pour éviter de futures fausses attentes : « c’est un non définitif  »
En revanche, ce n’est pas Burger King qui va démentir cette rumeur : vive la publicité gratuite !

Pour conclure, on attend toujours. Un jour peut-être, celui-ci s’alliera aux trois géants : Quick, KFC et McDonald’s.
Restons patients…

Julia KLANTE

Des iscomiens solidaires

Glowbule, vivre avec le cancer, est une association fondée en 2009 par Antoine Collin, alors étudiant à l’ISCOM Paris. L’association a pour but d’équiper en matériel informatique les chambres stériles en mettant à disposition des malades, ordinateurs, webcam, lecteurs DVD et connexion wi-fi afin de les aider à rester connectés avec le monde extérieur. Antoine se battait lui-même contre une leucémie qui a fini par l’emporter en mai 2011. Onze de ses camarades ont relevé le défi de continuer à faire vivre son message.

Vivre avec le cancer. Les mots sont plein d’espoir et d’optimisme, à l’image de la philosophie de l’association qu’a voulu Antoine. Un bonhomme rose pour logo, histoire de dédramatiser l’image que l’on se fait de la maladie. Glowbule est une association jeune, pleine d’envies et pleine d’idées.

Logo Glowbule, Vivre avec le cancer

Se faire connaître et reconnaître, récolter des dons, convaincre, informer… Les défis de l’association sont nombreux. L’équipe a dores et déjà déployé plusieurs outils de communication. Depuis début 2012, le site internet de l’association est en ligne et relaie la vidéo de présentation. Glowbule est également présente sur les réseaux sociaux et compte déjà plus de 1000 fans sur sa page Facebook. Les communiqués de presse commencent à circuler, la soirée de lancement est en préparation, plusieurs actions de communication sont en réflexion… La machine se met en route doucement.

Dores et déjà partenaire du centre de Margency et de l’Hôpital Cochin, Glowbule a pour objectif  d’équiper, d’ici la fin de l’année, les chambres stériles de 10 hôpitaux parisiens afin de changer le quotidien de ces patients qui n’ont pas choisi d’être là. Un concert sera prochainement organisé à Margency afin d’égayer le quotidien des malades.
L’ISCOM a fourni une dizaine d’ordinateurs qui équiperont rapidement les chambres stériles de Cochin. L’associatif est un domaine cher à l’école qui entretient des partenariats avec quelques associations comme le Téléthon, Laurette Fugain ou la Ligue contre le Cancer.

Si vous aussi vous souhaitez aider l’association Glowbule, vous trouverez plus d’informations sur le site www.glowbule.fr.
Ils ont besoin de vous.

Tiphaine BEGUINOT

Playmobil, en avant les CV !

Joris et Charles, deux anciens Iscomiens de la section Market Pub promotion 2011, cherchent une place en agence.
Pour se démarquer, ils ont eu l’ingéniosité de prendre les choses avec humour : des playmobils, une boite à chaussure, des accroches pertinentes. Un vrai petit bureau à l’échelle miniature pour un CV incomparable. La boite à chaussure est déposée sur le palier de Buzzman et DDB Paris. Pour simple légende : Do you have a Small place for us ?

Le tout est relayé sur la toile. Un groupe Facebook est créé, la team ne chôme pas : chaque jour ou presque, une publicité est détournée à la sauce playmobil.

Un encart dans Stratégies et pas mal de rendez-vous plus tard, la team sévit à nouveau : ils s’attaquent à la dernière campagne d’affichage Smart “Déjouez Paris”. Des jeux de mots bien trouvés autour de la place en agence tant convoitée.

Aujourd’hui ces deux créatifs sont toujours à la recherche d’une petite place.
Nous on leur souhaite de grandes réussites !

427050_287894497938462_915576933_n

426567_290027927725119_237205956340650_780509_1631587341_n

Lucie LERAT

Romain Colin, l’un de ceux qui rendent fiers d’être à l’ISCOM

La première édition des Fubiz Awards touche à sa fin, dévoilant les grands gagnants de cette rétrospective du meilleur de la créativité en 2011. L’occasion de (re)parler de Romain Colin, fondateur de Fubiz, ancien Iscomien.

Romain Colin porte des lunettes Jimmy Fairly x Fubiz

Romain Colin porte des lunettes Jimmy Fairly x Fubiz

Romain démarre des études de communication en 2003 à l’ISCOM Paris en ACOM, spécialité qu’il suivra jusqu’à son diplôme quatre ans plus tard. Dès 2006, il lance Fubiz, un blog axé autour de la création, un moyen d’ajouter une plus-value à son CV. Cinq ans plus tard, Fubiz est devenu une vraie référence du monde graphique, de la culture urbaine, des produits tendances et des arts numériques. Le site est entré dans le club des 8000 sites mondiaux et les 700 sites les plus visités selon Alexa. En 2008, il montait sa société. Le site vit presque entièrement de la publicité et d’articles sponsorisés.

Lorsqu’on lui pose la question, Romain avoue que sa formation ne lui a pas été indispensable mais qu’elle a facilité les choses. Il en retiendra surtout les cours de multimédia – on imagine pourquoi – et les cours de media training.

Son nouveau défi, transformer et faire évoluer Fubiz. Les Fubiz Awards en sont un bel exemple. Des milliers de votes pour élire les lauréats des huit catégories (Music video, Photographie, Architecture, Design, Graphisme, Animation, Movie & Advertising). Le Grand Prix Fubiz revient à la photographe argentine Irina Werning pour sa série Back to the Future, qui s’est attachée à remettre en scène des clichés du passé.

Irina Werning - Back to the future

Irina Werning - Back to the future

Les projets ne s’arrêtent pas là. Une nouvelle version du site est en réflexion et de gros projets vidéo sont en cours. Romain a également l’envie de décliner la marque Fubiz sur des produits, comme pour ces lunettes Jimmy Fairly en édition limitée Fubiz. Une initiative qui a fait grand bruit sur la toile, qui a été bien relayée et qui a séduit quelques influents du web comme Cyril Paglino, fondateur de Wizee.

Lunettes Jimmy Fairly x Fubiz

Aucun doute, Romain Colin fait partie de ceux dont la réussite et l’envie d’avancer donnent à réfléchir et poussent à se dépasser. D’ailleurs, il adresse un message à tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat : « Toujours y croire, ne pas baisser les bras, votre projet en vaut le peine. »
On espère que cela inspirera d’autres Iscomiens qui écriront à leur tour d’autres jolies histoires.

Tiphaine BEGUINOT

Et que le meilleur gagne…

logo-orange

Les élèves de 4ème année se sont lancés sans relâche dans une compétition de taille : le Jeu d’entreprise « Accor et Orange ».

Un challenge qui représente un temps fort pour cette promotion.
L’objectif : séduire le jury et répondre parfaitement au brief donné le 8 février avec un mot clé INNOVATION.

Plusieurs étapes à franchir :
-  La pré-sélection qui se déroulera la semaine du 20 février.
-  La soutenance qui récompensera le meilleur travail de groupe le 29 février.

Bonne chance à tous !

A suivre…

Julia KLANTE

Un début d’année 2012 tout en créativité

Que faut-il retenir des voeux des agences de publicité pour 2012 ? C’est un rituel immuable, les mois de janvier (voire février, pour les retardataires) sont l’occasion rêvée pour les agences de démontrer tout leur savoir-faire.

Euro RSCG C&O a décidé de jouer la carte de la rétrospective avec cette animation reprenant les faits marquants de 2011. Un design épuré, un traitement de l’information tout en subtilité, l’agence a su s’oublier pour mieux faire parler d’elle.

Voeux Euro RSCG C&O 2012

Publicis pour sa part a joué la carte de l’originalité en rejouant la chanson Aerodynamic de Daft Punk à l’aide de cartes musicales ! Une réalisation très calée pour un rendu surprenant. La créativité comme on l’aime !

Voeux Publicis 2012

La prophétie de fin du monde, un sujet rêvé pour les créatifs pour annoncer cette année 2012. On retiendra les voeux de Buzzman et de l’agence H qui nous souhaitent toutes deux une bonne dernière année. Les sujets ont beau être identiques, les axes choisis sont très différents.
Buzzman a imaginé le brief client et la réponse agence qui auraient pu exister autour du mythe Maya. On se retrouve donc en 3000 avant JC, avec des Mayas qui sont en mal de notoriété face à des Égyptiens omniprésents. Un axe très original et surtout ancré dans le cœur de métier de l’agence : la publicité virale.

Voeux Buzzman 2012

L’agence H de son côté a un mot d’ordre : il ne vous reste plus qu’une année, autant en profiter. Oubliez les obligations et la bienséance, ce sera en 2012 ou jamais. Une vidéo qui en profite pour rappeler à l’esprit tous les problèmes qui persistent en ce début d’année. Un joli contrepied pour l’agence qui démontre que l’on peut faire passer un message de manière intelligente.

Voeux Agence H 2012

On regrettera cependant qu’avec des sujets si proches, les deux agences (sans parler de toutes les autres agences ayant choisi cet axe) auront plus de mal dans le temps à réellement marquer les esprits.

Terminons cette petite rétrospective avec les vœux souhaités tout en technique. Soleil Noir a choisi de vous faire croire en l’HTML5 avec cette belle démonstration en parallaxe. Fred et Farid font également l’expérience du HTML5 avec une expérience toute en pop-up pour retracer leurs créations de l’année passée.

Encore une fois, les agences ont su se démarquer par des réalisations audacieuses. En attendant janvier 2013, on n’a plus qu’à vous souhaiter une bonne année 2012, pleine d’idées !

Hyper Island : résumé de la conférence « No Strait Lines »

No strait lines

IAB & Hyper Island Masterclass in Paris
Alan Moore a commencé la session de conférence en nous parlant du pouvoir de l’information aujourd’hui : pourquoi ressent-on ce besoin de partager cet amas d’informations de la même manière que l’imprimerie de Gutenberg en 1440. De nos jours, la technologie permet de renforcer ce lien social, elle offre aux utilisateurs de diffuser encore plus facilement l’information. Ce social a fait naitre ce qu’Alan Moore appelle le HoS : l’human Operating System. On assiste aujourd’hui à une mutualisation de deux éléments importants :
- Les communautés d’intérêts
- L’économie du partage

L’information est le pouvoir et beaucoup de personnes ont peur de cette prise de pouvoir parce que le digital vient à changer leur vie, ce qui est le cas par exemple avec la réticence des personnes à Twitter.
Cet HoS est à la rencontre des 3 piliers fondamentaux du 21ème siècle : le rôle du social, de l’économie et de l’innovation.

Crédit photo : Emmanuel Vivier

Benjamin RICHARD

La créativité dans les sociétés connectées # hyper Island

La créativité dans les sociétés connectées

Sûrement la meilleure présentation de la journée !
Condensé de deux conférences par Masa et Andrew qui nous parlent d’objets connectés, de technologie et de créativité.

L’un se définit non pas comme agence mais « Laboratoire Créatif » développant de nouveaux concepts créatifs permettant aux gens de se connecter.
IAB & Hyper Island Masterclass in Paris

  • La technologie doit être au service de la créativité et non l’inverse car vous trouverez toujours quelqu’un pour hacker la technologie et faire ce que vous voulez. Aujourd’hui, le storytelling et la technologie se rencontrent et réussissent à se marier.
    A l’heure où, sur Internet, le contenu est roi, il est important de se poser la question « comment ce contenu peut-il être partagé ? »
  • Le maître mot : l’idée doit suivre et la technologie suivra…

    Retour sur quelques cas présentés

    Baker tweet

    BakerTweet from POKE on Vimeo.

    The b-line
    Office music democratize like pandora

    Quel intérêt aux objets connectés ?
    Ces objets permettent aux utilisateurs de créer de véritables expériences, prenez les exemples postés plus haut et imaginez tout le potentiel de data-catching de ces objets pour acquérir des données clients, affiner le ciblage, diffuser des messages personnalisé.

    Fait intéressant, les deux speakers ont monté leurs agences.
    Ils n’ont pas le désir de devenir de grosses structures, ne souhaitent pas dépasser la dizaine de salariés pour pouvoir garder leur indépendance.

    Le maitre mot de ces conférences était le suivant : la technologie est au service de la créativité, des petits génies de la créativité vont trouver des moyens pour arriver à vos fins, quoi qu’il arrive…

    Pour retrouver les interventions :

    Intervention Masa Kawamura Masterclass 15-11-11 par iabfrancetv

    Intervention Andrew Zolty Masterclass 15-11-11 par iabfrancetv

    Benjamin RICHARD

Hyper Island : le futur de la publicité

Le futur de la publicité : les 7 grandes directives

IAB & Hyper Island Masterclass in Paris

  • Goodness : Aujourd’hui on déteste la publicité en général mais nous l’adorons quand celle-ci nous parle
  • Transparence : La transparence doit être le maître mot de la publicité
  • Action : Les marques se doivent d’évoluer sur le champ de l’action, pour Cindy Gallop « The more you do, the more you become ».
    Pour elle, le futur ce n’est pas dire, c’est faire
  • Agences : Le futur des agences de communication ; comment faire du marketing innovant dans des structures old-school, dans des grands réseaux ?
  • Argent : Les agences se doivent de redesigner leurs business model et arrêter de faire uniquement ce que demande/veut le client mais de se focaliser sur ce qui est bon pour celui-ci
  • Production « An idea is as good as it’s production » On peut avoir la meilleure idée du monde mais si celle-ci est mal produite, elle ne rencontrera jamais son public
  • Magic : Le digital à ce pouvoir magique de faire évoluer les choses, les amplifier grâce aux médias sociaux.

Et en conclusion : Si vous voulez prédire le futur vous avez à l’inventer

Beaucoup d’utopisme dans ces grandes directives qui sonnent comme les trompettes de Jericho : comment de très grands réseaux d’agences peuvent intégrer ce genre de recommandations, d’énormes structures qui ont mis du temps avant d’intégrer le digital ? Utopisme…
Pour retrouver l’intervention de Cindy Gallop


Intervention Cindy Gallop MasterClass 15-11-11 par iabfrancetv

Crédit photos : Emmanuel Vivier

Benjamin RICHARD

Intégration à l’ISCOM Strasbourg

Pour cette rentrée, l’Iscom Strasbourg a mis les petits plats dans les grands pour accueillir ses nouveaux arrivants.
D’abord, la journée d’intégration a permis à tout le monde de briser la glace grâce à un petit parcours dans le centre ville, parsemé de plusieurs stands autour desquels chaque équipe se retrouvait pour relever un nouveau défi et accumuler des points.
Une bonne manière d’aiguiser les esprits de compétition tout en apprenant à se connaître !
C’est donc les pieds éreintés par leurs pas sur les pavés Strasbourgeois, que tout le monde s’est retrouvé quelques heures plus tard pour la très attendue Soirée d’Intégration, méticuleusement organisée par une équipe de bénévoles iscomiens sur-motivés.
Les vainqueurs de la course de l’après-midi sont récompensés et tout le monde peut se laisser aller à ses talents de danseurs invétérés jusqu’au bout de la nuit…

ISCOMStrasbourgInté

Un moment de rencontres qui s’est d’ailleurs renouvelé rapidement ! Effectivement, pour mettre tout de suite dans le bain local les étudiants n’étant pas originaires d’Alsace, les parrains et marraines, désignés lors de la journée d’intégration, ont convié leurs filleuls à un repas typiquement alsacien : La tarte flambée !
Une nouvelle occasion d’organiser un jeu dans lequel les finalistes s’affrontaient dans un terrible duel truffé de questions piège : la mort subite.
La prochaine fois, on tentera peut être le concours du plus gros mangeur de tartes flambées : avis aux estomacs amateurs !

Bref, autant dire que les nouveaux arrivants sont tout aussi survoltés que les anciens et assurent une digne relève, qui promet de beaux moments à venir !

 

Louise LACLAUTRE